AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 This is about Order, instead of Chaos (SARUMAN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Thranduil


avatar
ADMIN - Thranduil
Age : 25 Féminin
Localisation : France (Mirkwood)
Messages : 596


Feuille de personnage
Héros: Niveau 4
Pouvoirs & Compétences:
Objets & Artefacts :

MessageSujet: This is about Order, instead of Chaos (SARUMAN)   Dim 25 Jan - 19:09



... ORDER, INSTEAD OF CHAOS

« But there was in Thranduil’s heart a still deeper shadow. He had seen the horror of Mordor and could not forget it. Ever he looked south its memory dimmed the light of the sun, and though he knew that is was now broken and deserted and under the vigilance of the Kings of Men, fear spoke in his heart that it was no conquered forever: it would rise again »

♫ The Trial of Loki ♪

Abandonnée depuis bien des années, l'Ancienne Route des Elfes était en friche et pénible à suivre, mais pas pour ceux qui l'avait tracé. Serpentant parmi les arbres, elle traversait en un point la rivière enchantée, dont les eaux empoisonnées faisaient sombrer dans un profond sommeil quiconque la touchait ou la buvait. Les animaux eux-mêmes s'y égaraient parfois, mais dans son lit gisait davantage d'araignées et d'orques que de bêtes forestières, et plus encore de voyageurs insouciants et importuns. En vérité, il n'y avait qu'une seule façon de traverser cette rivière : utiliser le pont brisé, qui n'était franchissable qu'à cheval ... et rares étaient ceux qui parvenaient à traverser autrement.

Lancé au galop, le grand cerf de Thranduil et les deux chevaux qui l'accompagnaient franchirent la rivière d'un unique bond, martelant de leurs sabots les pavés du sentier. Ils cheminèrent un moment à cette allure, aussi silencieux que rapide. Vêtu de son armure de guerre et d'une simple tiare sur le front, Thranduil avançait toujours plus vers l'ouest où, à la lisière de la forêt, l'attendait un allié dans la guerre qui se préparait, ou dû moins le croyait-il. Il avait avec lui deux de ses gardes royaux, qui chevauchaient chacun un cheval blanc. Plusieurs jours plus tôt, Thranduil avait envoyé une missive au Chef de l'Ordre des Magiciens, lui demandant de se rendre aux frontières du royaume pour une affaire importante. Thranduil n'était pas friand de ce genre de rencontre, et moins encore lorsqu'il s'agissait de magiciens, mais les conséquences de ce qu'il s'apprêtait à faire étaient trop grandes pour ne pas en informer le Conseil Blanc qui, de toute évidence et de tout temps, avait toujours pris les décisions. Pourtant, aujourd'hui, Thranduil avait décidé de prendre les devants : si le Conseil Blanc était encore à l'abri caché dans les Monts Brumeux, son royaume lui souffrait toujours plus de ce qui se préparait dans les contrées du sud et de l'est, et le Roi du Vertbois ne pouvait plus se résoudre à rester sans rien faire.

Lorsqu'ils furent en vue de la lisière de la forêt, les trois cavaliers repassèrent au pas. Bientôt se dessinèrent devant eux l'entrée du vieux sentier qui jadis avait été délimité par deux immenses pierres taillées en forme de ramure. Elles étaient aujourd'hui recouvertes de mousses et de lianes, mais cela ne les privait pas de la gloire qu'elles avaient pu jadis inspirer. Un peu plus loin, juste avant de le début de la Forêt Noire se tenait droit et fière un homme couvert d'un blanc manteau. Nul n'ignorait de qui il s'agissait, et encore moins Thranduil. Le grand cerf et les chevaux s'arrêtèrent à l'endroit même où le sentier commençait, s'immobilisant aux frontières du royaume qui était le leur. Le Roi fut le seul à quitter la frontière, laissant les deux gardes royaux derrière lui. D'un pas lent mais déterminé, le grand cerf s'approcha de la silhouette blanche, jusqu'à arriver à sa hauteur. Là, Thranduil salua le magicien comme il se devait, inclinant bas la tête tout en posant un instant sa main droite le plastron de son armure.

« — Mae govannen, Curunír in Ithryn* » le salua-t-il. Puis, il continua dans la langue commune « Je vous remercie d'être venu Curunír. Il nous faut parler d'affaires importantes » affirma Thranduil « Des affaires qui ne peuvent désormais plus attendre »

Le Roi de Vertbois-le-Grand ne prit même pas la peine de descendre de sa monture, appréciant sans complexe la hauteur qu'il avait vis-à-vis du magicien. Thranduil était un souverain fier et il ne le cachait pas.

« — Je n'abuserai pas longtemps de votre temps, soyez-en assuré. En vérité, l'affaire dont je souhaite vous parler est très simple » assura Thranduil.

Il laissa cependant ses paroles un moment en suspend, attendant de voir la réaction du magicien. Si Thranduil n'appréciait définitivement pas Gandalf, son collègue Saruman avait davantage ses faveurs, mais cela n'en faisait pas de proches amis. Thranduil n'avait pas d'ami, et tout le monde le savait.

Spoiler:
 

_________________

“ It is said that the most beautiful things in this world cannot be seen or touched but only felt with the heart, but there is nothing more blind and deaf than a bleeding heart. Some hearts are not cold, solely broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lordoftherings-rpg.forums-actifs.com/t44-thranduil-the-el

Saruman le Blanc


avatar
MEMBRE - 01
Age : 23 Masculin
Localisation : Isengard
Messages : 260


Feuille de personnage
Héros: Niveau 4
Pouvoirs & Compétences:
Objets & Artefacts :

MessageSujet: Re: This is about Order, instead of Chaos (SARUMAN)   Lun 26 Jan - 22:11

Le soleil était haut dans le ciel et le firmament était dégagé, on pouvait voir des rayons de lumières inonder la plaine qui bordait la forêt Noir, une douce brise caressait les herbes qui dansaient au rythme du mistral venu du Sud, un silence régnait, seuls les cris des oiseux retentissaient. Au loin on pouvait voir un cavalier vêtu de blanc ce rapprocher de la grande et sombre forêt, il s'agissait de Saruman en provenance d'Isengard.

Quelle fut la surprise du Magicien blanc lorsqu'il reçut une missive de Thranduil, grand roi qui n'avait pas pour habitude de faire appel aux mages, ni même à personne d'ailleurs. Celui-ci réclamait la présence du Chef de l'ordre afin de régler une affaire que le seigneur elfe qualifiait d'importante. Curunír en fut fort troubler qu'un dirigeant tel que Thranduil, qui se souciait peux des autres peuples hormi le sien, fassent appelle à lui, la curiosité de Curumo fut suffisamment attisée pour qu'il réponde positif à cette requête.

Saruman ralentit sa monture en vue de la grande forêt qui s'étendait en face de lui, il scrutât un moment les alentour, mais ne perçut rien, pas même un signe de vie, il en conclut qu'il était le premier sur les lieux et décida de mettre pied à terre, il dirigea donc son cheval brun en direction de l'endroit où le chemin des elfes débutait.

Lorsque Curunír fut à porter de l'entrée il se stoppa et d'un geste souple, mais à la fois vif, il descendit de son cheval, réajustât son manteau blanc et se rapprocha du chemin tout en tenant son bâton d'une main, ça démarche était sur et élégante. Une fois assez proche il put contempler les deux immenses pierres taillées en ramure qui servait à délimiter l'entrée du chemin mais aussi les limites du royaume des elfes.

Curcumo n'eut pas à attendre longtemps avant que le son des sabots qui claquaient sur les pavés ne retentisse, la silhouette du grand cerf de Thranduil se dessina et par la suite Saruman put distinguer le convoi dans l'ensemble qui se composait du seigneur et de deux escortes, seul Thranduil s'avança vers le magicien, Saruman le scrutât un moment et s'aperçut que le roi c'était revêtu de son armure de guerre, détaille plutôt étrange à première vue.

Arrivé à sa hauteur, Thranduil ne prit pas la peine de descendre de son cerf, acte que Saruman qualifiait de prétentieux, le seigneur elfe inclina son corps et salua le magicien dans la langue des elfes, Saruman lui rendit la pareille en s'inclinant légèrement et le roi continua en langue commune :

« Je vous remercie d'être venu Curunír. Il nous faut parler d'affaires importantes. Des affaires qui ne peuvent désormais plus attendre »

« — Je n'abuserai pas longtemps de votre temps, soyez-en assuré. En vérité, l'affaire dont je souhaite vous parler est très simple »


Le magicien blanc répondit d'une voix suave, calme et posée :

« Je vous salue grand roi Thranduil, allons quelles sont ces affaires qui requièrent mon attention ? Si cela est aussi important, pourquoi ne pas convoquer le conseil Blanc ? Mais étant donné que je suis présent, je suis sûr que je pourrais vous conseiller comme il se doit. » Saruman était en vérité satisfait d'être le seul du conseil qui sera informé, ça lui donnera une longueur d'avance pour ces projets futur.

Le magicien remontât la saisie de sa main sur son bâton et attendait ce que le seigneur elfes avait à lui dire.

_________________