AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Horreur est dans le prés [PV-Sköell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Le Roi-Sorcier d'Angmar


avatar
MEMBRE - Angmar
Masculin
Localisation : Minas Morgul
Messages : 180


Feuille de personnage
Héros: Niveau 5
Pouvoirs & Compétences:
Objets & Artefacts :

MessageSujet: L'Horreur est dans le prés [PV-Sköell]   Lun 2 Mar - 0:47






L'horreur est dans le près


Un ciel plombé de lourds nimbes grisâtres pesait sur les plaines bordant les Monts-Brumeux. Il allait probablement pleuvoir avant la fin de cette morne matinée. Mais ce qui creva subitement le manteau nuageux n’avait rien à voir avec la pluie. Une forme inquiétante et rapide déchira la cotonnée des cieux. Le seigneur des Nazgûls faisait osciller son altitude entre les masses vaporeuses, juché sur son Ombre-Volante qui brassait lentement et bruyamment l’air de ses gigantesques ailes membraneuses. Derrière son masque d’acier brut, le vide obscur de son regard spectral scrutait le sol tel un rapace avide et infatigable. Sa sombre seigneurie, s’en revenait vers le Mordor mais ne manquait pas de passer au crible de sa vigilance les terres qui défilaient en dessous. Ses pérégrinations l’envoyait aux quatre coins des terres du milieu remplir diverses responsabilités. Mais sont âme corrompue ne perdait jamais de vue sa plus grande mission : retrouver l’Unique de son seigneur et maître, Sauron.

Enfonçant les talons de ses rugueuses bottes d’acier dans les flancs de son destrier, le Roi-Sorcier ordonna d’un puissant coup de rein à sa créature de se rapprocher du sol. Rasant la cime des arbres qui surplombaient la sylve, les serres puissantes du monstre des airs arrachaient quelques fines branches jusqu’à ce qu’elle survole une clairière d’herbes hautes noyée au cœur de la forêt. Le seigneur sorcier observa cette trouée verdoyante et y vit le petit cercle que formait un groupe de cavaliers Wargs et leurs montures hargneuses. Il n’aurait d’ordinaire accordé aucune véritable attention à cette petite meute insignifiante s’il n’avait remarqué qu’il y avait un homme pris au piège de cet étau grognant et velu.

L’Ombre-volante décrivit alors deux cercles concentriques avant de se poser non loin du groupe de chasseurs montés. Le Roi-Sorcier resta silencieux et immobile sur son destrier en regardant la scène qui se jouait devant lui. Les cavaliers Wargs ne savaient pas trop comment interpréter cette subite et inquiétante apparition. Car bien qu’aucun d’entre n’ai eut jusqu’ici l’honneur de rencontrer le seigneur de Minas Morgul, ils n’eurent aucune difficulté à faire le lien entre les descriptions des récits épiques qui leur avait été faits et la vision de ce masque d’acier enchâssé sur une ombre chevauchant un monstre volant. L’un des Wargs interrogea ses congénères :

« Par la bave de Smorghur ! C’est le Roi-Sorcier ou j’ai trop abusé de la bière ce matin? »

Un autre sensiblement plus lucide répondit alors :

« Je préférerai être complètement ivre à vrai dire ! Qu’est ce qu’il peut bien nous vouloir ?!»

Un autre dit encore :

« Bah va lui demander ! C’est toi le chef après tout ! »

L’orque concerné voulut soudainement se défausser de la position hiérarchique qui le mettait en première ligne. Mais il se souvint que s’il se débinait, les autres ne lui accorderaient plus aucune légitimité. Il déglutit donc et s’arma de courage en avançant à califourchon sur son Warg. Arrivé à une dizaine de mètres de la tête monstrueuse de la monture du Roi-Sorcier, il tira lentement sur les rennes de son Warg pour qu’il ne franchisse pas une distance dangereusement proche du râtelier mortel. Courbant légèrement l’échine pour montrer son respect à l’une des plus hautes sommités maléfiques inféodées au seigneur Sauron, il lui tint ces mots :

« Qu’est ce qui nous vaut l’honneur de Votre présence Messire ? »

Le Roi-Sorcier apprécia l’effort d’élocution dont l’insignifiante laideur en face de lui avait fait preuve en lui adressant la parole. Il maintint fermement les rennes qu’il avait en mains pour ne pas que la gueule de son monstre s’élance et happe le cavalier Warg. Lentement, le seigneur des Nazgûls pointa d’un index métallique le cercle de chasseurs et leur prise, puis de sa voix caverneuse aux accents d’outre-tombe, il répondit :

« Qui est cet humain que tu as capturé ? »

_________________