AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un allé pour le Mordor [PV-Le Roi-Sorcier d'Angmar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Navari


avatar
MEMBRE - Navari
Age : 20 Masculin
Localisation : Dans les campagnes
Messages : 172


Feuille de personnage
Héros: Niveau 2
Pouvoirs & Compétences:
Objets & Artefacts :

MessageSujet: Un allé pour le Mordor [PV-Le Roi-Sorcier d'Angmar]   Ven 20 Mar - 21:21

- Minas Morgul! Enfin j'y suis....

Sur les pentes rocheuses de la route qui menait a la ville maudite, Nava contemplait un spectacle que peu de mortels ont vus a ce jour. Le vent soufflait fort et l'orage grondait, le maléfice polluait l'air ambiant d'une odeur difficile a supporter et cela rappelait au voleur l'épisode de la charrette du fumier. Il fit peu de cas de ce qu'il l'entourait car une seul chose le motivait et l’empêchait de dormir depuis plusieurs jours:
les (possibles) immenses richesses de la cité. Bien sur toutes personnes sensées dirait que tenter de s'enrichir au Mordor dans ses plaines rocheuses et désertiques était de la folie pur et ils ont surement raisons, mais pas pour Nava. Pour lui un endroit dangereux, isolé ou personne ne tenterai d'y risquer sa vie était le coin parfait pour cacher des trésors...
Des pensées très naines tout compte fait. Le problème était encore pour lui d'y entrer mais surtout d'en sortir, l'endroit grouille d'orcs et de créatures des ténèbres mais il en faut plus pour l'intimider, après tout il est le hors-la-loi le plus connu et recherché de la Terre du Milieu (selon-lui), sa furtivité n'a d'égal que celle d'un hobbit et pour l’instant, aucuns orcs ne l'a repairé. Ils ne s'attendent pas a voir un humain dans le coin et préfèrent jouer ou dormir, des sortes de vacances dirait-on.

Rapidement il descendit la pente pour atteindre la route et se faufila discrètement jusqu'au pont, la deux options: Passer le dit pont ou plonger dans l'eau stagnante?
Les deux étaient surement très mauvaises: on risque de le repérer sur le pont et il ne veut pas découvrir ce qui se cache dans l'eau a ses dépends.
Peu importe, chaque problème a sa solution! Ou bien on la contourne astucieusement. Quelques minutes plus tard, Nava était accroché aux bords du pont, se déplaçant en avançant chaque main les bras tendus et les pieds rasant l'eau.
Son endurance lui suffit a traverser le lac jusqu’au murailles de couleurs fantomatiques, mais bien de la pierre réelle. Il sortit alors d'une grande besace deux haches d'escalades, utiliser un grappin risquerait de le faire repérer par les possibles gardes en haut des murailles, il fallait faire sa vite et bien. Il commença son ascensions.


_________________
Je suis dispo que les Week-ends
Sorry About That
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lordoftherings-rpg.forums-actifs.com/t192-nava-la-main-le

Le Roi-Sorcier d'Angmar


avatar
MEMBRE - Angmar
Masculin
Localisation : Minas Morgul
Messages : 180


Feuille de personnage
Héros: Niveau 5
Pouvoirs & Compétences:
Objets & Artefacts :

MessageSujet: Re: Un allé pour le Mordor [PV-Le Roi-Sorcier d'Angmar]   Dim 22 Mar - 20:18





Un allé pour le Mordor


Luisante d’une aura verdâtre telle une émeraude lugubre, Minas Morgul, le bastion du Roi-Sorcier était enchâssé dans la roche noire de l’Ephel Duath et trônait aux portes occidentales du Mordor. Nul être doté d’assez de raison et de sens commun ne se serait risqué à vouloir y pénétrer sans y avoir la garantie d’y être le bienvenu. Combien de pauvres créatures y furent traînées sous la contrainte de chaînes blessantes pour n’en ressortir qu’affublées d’une irrémédiable rigidité cadavérique ? Bien peu à vrai dire car les malheureux qui en passaient les lourdes portes finissaient bien plus couramment par servir de pitance aux orques qui grouillaient entre ces murs.
Grognant et affamés, cruels et avides étaient les habitants de ce sinistre palais. Il n’y était que souffrance et trépas.

Krobh et Drokh riaient grassement en se racontant les viols sadiques auxquels ils s’étaient respectivement adonnés lors de leurs dernières rafles sur les terres du Gondor. Leurs armures légères cliquetaient à chaque pas tandis qu’ils prenaient nonchalamment appui sur les hallebardes dont ils étaient armés.

« RhaOoo hoOo hOo !!! Si tu l’avais entendu beugler ! Une vraie truie ! »

« Ahhhaaahaa ! Tu m’étonnes ! Ces humaines sont vraiment trop sensibles … à peine leur caresse-t-on les côtes avec une bonne lame qu’elles chialent et prient leurs dieux … »

Krobh, les yeux à demi clos et plongés dans ce souvenir aussi sulfureux que cruel lâcha un pet tonitruant et passa les doigts de ses mains griffues entre son armure et sa peau verruqueuse pour la gratter négligemment tout en parlant à son congénère.

« Bon sang ! Je digère mal la tambouille du marmiton ces temps-ci »

Drokh posa sa hallebarde contre le muret qui surplombait le précipice que formaient les remparts et monta dessus d’un bond agile avant de sortir ses petites affaires intimes pour de se soulager en urinant dans le vide. Le fluide nauséabond éclaboussait la roche en contrebas et ruisselait abondamment sur celle-ci . Parlant par-dessus son épaule il répondit à l’autre orque.

« Ouais bah estime toi heureux qu’on ai encore de quoi bouffer chaque jour … y’a pas si longtemps, si tu te rappelles bien, on était plutôt au régime sec ! »

Krobh haussa les épaules et renifla le fumet douteux qui émanait désormais de ses doigts. A bien y penser, il aurait donné cher pour manger la chair tendre d’un humain bien gras. Il y avait bien trop longtemps que la saveur douceâtre de cette viande grillée n’avait pas fait partie de son menu. A la place lui et les autres orques de sa compagnie devaient se contenter d’ingérer une bouillie infâme et informe faite des cadavres des esclaves rachitiques qui trimaient jusqu’à la mort dans les bas-fonds de la citadelle maudite.

Drokh s’égoutta énergiquement la nouille puis il la rangea et descendit du parapet avant de reprendre son arme et de rejoindre l’autre orque. Ils continuèrent leur tour de garde en bavassant avec toujours autant de vulgarité. Le chemin de ronde faisait une cinquantaine de mètres et les deux gardes venaient de faire leur halte au mi-temps de celui-ci. Une fois qu’ils en auraient atteint le bout ils feraient demi-tour pour repartir dans l’autre sens.


HRP:
 


_________________